Apprendre ma séropositivité

Vous venez d’apprendre que vous êtes séroposif·ve au VIH.

Il est normal d’éprouver des émotions différentes et de vous poser une série de questions sur la vie avec le VIH. L’essentiel est de trouver une personne à qui vous confier et que vous puissiez bénéficier d’un soutien et d’un accompagnement adéquats.

Une fois le diagnostic de séropositivité posé, sachez que le virus (selon les avancées médicales actuelles) restera présent dans votre corps et qu’il faudra « vivre avec ». De nos jours, vivre avec le VIH est considéré comme vivre avec une maladie chronique : l’espérance de vie des personnes vivant avec le VIH est quasi normale, à condition d’avoir une bonne hygiène de vie et de bien suivre les recommandations médicales.

Connaître votre statut sérologique vous permet de bénéficier d’un suivi médical correct et d’être rapidement mis·e sous traitement. Grâce au traitement, le virus est freiné dans sa multiplication et sa trace dans le sang est à peine perceptible : c’est ce que l’on appelle la charge virale indétectable. Le fait d’avoir une charge virale indétectable prouve que le virus est sous contrôle et que par ce fait, le risque de transmission est nul.

Annoncer ma séropositivité

Vous souhaitez annoncer votre statut sérologique à votre entourage, votre·vos partenaires, vos proches, vos ami·es, vos collègues, etc… ? Quel que soit votre choix, prenez votre temps et réfléchissez au pourquoi, à qui, quand et comment avant de l’annoncer.

Des professionnel·les expérimenté·es et de confiance peuvent vous soutenir et vous accompagner dans votre annonce. Les associations de personnes vivant avec le VIH vous apporteront également un soutien et un accompagnement. Vous y rencontrerez des personnes avec qui partager votre expérience et votre vécu.

Bien souvent, c’est parmi ses proches que l’on trouve du soutien et du réconfort. Leurs réactions peuvent être diverses. Certain·es pourraient avoir une réaction inattendue (positive ou négative), soit parce qu’ils·elles sont eux·elles-mêmes touché·es par ce qui vous arrive, soit parce qu’ils·elles ne comprennent pas et sont mal informé·es sur la maladie. Vous pourriez aussi être étonné·e de l’accueil et de la capacité d’écoute de vos proches.

Révéler votre état de santé à un·e proche ne se fait que par choix et non par obligation.

Prenez bien votre temps avant d’en parler et assurez-vous que votre interlocuteur·trice pourra préserver votre secret et vous apporter le soutien dont vous avez besoin. Choisissez également un moment convenable et un endroit calme.

Pour en savoir plus : VICTIME DE DISCRIMINATION, que faire ?

Est-ce que je risque de transmettre le VIH à mon entourage ?

En tant que personne séropositive, vous ne pouvez pas transmettre le VIH à vos proches en dehors des rapports sexuels non protégés. Le VIH ne se transmet pas par les gestes de la vie de tous les jours comme le partage d’ustensiles de cuisine, utiliser les mêmes toilettes, porter les mêmes vêtements, se donner la main, etc. Il ne se transmet pas non plus par les larmes, la sueur, la salive, un éternuement, une piqûre d’insecte, les baisers, les massages, ou la masturbation.

Le VIH se transmet uniquement par :

  • Des rapports sexuels non protégés s’il y a pénétration vaginale ou anale et/ou lors de rapports sexuels oraux non protégés (fellation) si vous êtes le·la receveur·euse
  • Un contact important avec du sang contaminé lors de partage de matériel d’injection
  • La transmission de la mère à l’enfant en cas d’absence de traitement de la mère, ou pendant l’allaitement

Plus d’infos sur les modes de transmission du VIH

NB !  Si votre charge virale est indétectable, généralement six mois après le début du traitement, vous ne risquez pas de transmettre le VIH à votre·vos partenaire·s lors des rapports sexuels sans préservatif et à votre enfant au cours de la grossesse, ainsi que pendant l’accouchement.